CITO - MARKETING

Nos prestations

• Suppressions des articles contrefaits et des comptes sur les portails de vente en ligne

Comme nous l’avons déjà décrit sur la page d’accueil, on trouve la plupart des plagiats sur des portails de vente en ligne tels que Ebay, Amazon, les petites annonces ou aussi via des applications smartphone telles que Kleiderkreisel ou Shpock. De nombreux vendeurs vantent leurs plagiats comme étant des articles originaux en utilisant des photos authentiques. Grâce à notre expérience, nous sommes en mesure de découvrir aussi des ventes de ce type et faisons le nécessaire pour leur suppression des portails concernés.

• Suppression des adresses Internet et désactivation de l’hébergement

Dans de nombreux cas, les mesures peuvent aller jusqu’à faire bloquer la boutique en ligne respective. Nous arrivons par exemple à obtenir que l’hébergement du site web / le centre serveur correspondant soit soumis à une pression juridique et résilie le contrat avec la boutique de contrefaçons. De la sorte, les sites web spécialistes de la contrefaçon se voient privés de l’ « espace de stockage » où ils enregistrent leurs pages d’accueil. Dans le cas de vendeurs particulièrement tenaces, nous pouvons, grâce à un soutien juridique sur place et avec l’aide du tribunal compétent (selon l’extension géographique du domaine), solliciter la suppression de l’adresse Internet. Ainsi, le domaine est retiré à l’ancien propriétaire et remis au titulaire de marque correspondant. Il existe également d’autres voies légales de retirer un domaine à un vendeur de contrefaçons.

• Suppression des liens retour et des comptes sur les forums / blogs

Un aspect essentiel est également le « nettoyage du marketing » des pages proposant des produits contrefaits. Les détenteurs de page d’accueil partagent de plus en plus souvent leurs liens sur des forums afin d’atteindre les personnes intéressées de façon ciblée. Mais aussi pour obtenir un meilleur classement Google via les liens retour. L’avantage de notre travail réside dans le fait que le lien vers le site web est supprimé et que la page d’accueil officielle du titulaire de marque obtient aussi un lien.

Nous avons déjà, dans différents forums, fait supprimer plusieurs liens menant vers des pages de vente de contrefaçons. Et, dans le même temps, grâce à un texte rédigé par nos soins, pointé du doigt la piètre qualité des contrefaçons et les avantages des articles originaux. Étant donné qu’un lien vers la page originale est de surcroît joint à ce texte, un lien retour est ainsi créé, ce qui renforce durablement le classement Google de la page originale. À cette occasion, le fabricant de marque bénéficie d’une certaine façon d’un double marketing : d’une part grâce à l’élimination de la concurrence des contrefacteurs, d’autre part grâce à la présence supplémentaire de sa propre page!

Notre méthode

Le vendeur de contrefaçons opère généralement avec beaucoup de prudence et utilise toutes sortes de mesures de sécurité : il fait traiter les paiements de manière anonyme ou par le biais de prête-noms. Le domaine est acheté anonymement via un revendeur et l’hébergement est chez un fournisseur étranger solidement implanté. Les colis sont envoyés en faisant mention de faux expéditeurs, et les e-mails des titulaires de marque sont ignorés. Comment peut-on, dans ces conditions, remonter à l’ « éminence grise » ?

Tout un chacun (et tout vendeur) commet des erreurs!

Nous ne sommes pas autorisés à présenter nos connaissances et nos méthodes de façon détaillée sur Internet. Ci-après, vous trouverez toutefois quelques exemples grossiers.

• Recherche « Who Is »

Une recherche « Who Is » nous dévoile : quel hébergement de site web / centre serveur le propriétaire du domaine utilise, où le domaine a été enregistré, le serveur DNS de celui-ci ainsi que d’autres informations de contact et données du domaine et de son propriétaire.

• Mettre la pression sur l’hébergeur

La boutique en ligne du vendeur de produits contrefaits est généralement stockée sur des serveurs étrangers – appelés « hébergeurs ». La plupart du temps, il s’agit de serveurs se trouvant dans des pays qui ne collaborent pas étroitement avec la justice européenne. Les serveurs sont solidement implantés et ignorent en grande partie les signalements d’abus des titulaires de marques.

Mais ce n’est pas le cas pour tous les hébergeurs. Une proportion importante des pages de contrefaçons se trouve chez des hébergeurs qui congédient le client après un signalement d’abus. À partir de ce moment-là, la page d’accueil du contrefacteur n’est plus visible jusqu’à ce que celui-ci ait trouvé un nouvel hébergement. Souvent, après une résiliation, même les données et la banque de données de la page d’accueil ne sont plus accessibles pour le propriétaire.

• E-mail à des vendeurs de contrefaçons

Le vendeur n’est qu’un être humain qui commet des erreurs de temps à autre et finit par tomber dans un piège.

Un vendeur de contrefaçons doit rigoureusement veiller à son anonymat. Le domaine, l’hébergement et les adresses e-mail sont tous ouverts avec de fausses données. Il utilise aussi des méthodes de paiement anonymes qui sont presque acceptées partout ainsi que des serveurs proxy / services VPN afin de ne pas être trahi par son adresse IP. Mais il n’en demeure pas moins un être humain – et l’erreur est humaine.

La rhétorique est une arme dangereuse – car seuls les mots peuvent instaurer de la confiance. Et la confiance, associée à la perspective d’un gain supplémentaire, fait tomber les êtres humains dans des pièges.

Grâce à diverses méthodes, nous essayons d’inciter le propriétaire de la page d’accueil à révéler une partie de sa vraie identité. Dès lors que nous avons les données du vendeur, le titulaire de marque est libre d’engager ou non une procédure pénale contre celui-ci. Dans certains cas, il suffit de confronter le vendeur à la charge de la preuve et de l’inciter à fermer son site.

• Anti-optimisation pour les moteurs de recherche

Dans de nombreux forums et blogs, des demandes de pages de contrefaçons sont ouvertement exprimées et reçoivent des réponses en conséquence. Et il n’y a donc rien d’étonnant à ce que des demandes de contrefaçons soient utilisées à des fins publicitaires par des vendeurs de produits contrefaits. On trouve aussi les témoignages correspondants relatifs à ces pages. Ces liens apportent aux pages de contrefaçons beaucoup de visiteurs et de clients.

Notre réaction à un marketing de ce type peut tout simplement être qualifiée de « anti-SEO ». Nous luttons contre ce phénomène d’une part en faisant précisément supprimer ces liens et d’autre part, sur la partie inférieure de la même page, en mettant en garde contre les contrefaçons, et conseillons l’achat d’un original en employant des mots instaurant la confiance. En outre, nous ajoutons un lien vers la page officielle du titulaire de marque – ce qui renforce le classement de la page officielle.

N’hésitez pas à prendre contact avec nous si vous souhaitez des informations complémentaires sur notre travail. Vous pouvez aussi utiliser le formulaire de contact.